TRACES DE HÉROS

———

«Le monde sort de sa bulle » est une série documentaire amusante, éducative et imaginative. Elle explore le monde comme aucune autre série n’a tenté de le faire. Elle voyage comme personne n’a jamais voyagé. Elle parcourt la réalité à travers la fiction de la bande dessinée. À partir d’extraits, elle nous apprend des choses sur des lieux, leur histoire et les gens qui les peuplent. Elle nous emmène loin. Elle nous sort de l’ordinaire. Elle nous guide sur les routes et nous amène à voir des paysages et des destinations d’un autre œil. Elle nous rappelle des souvenirs de lecture, elle nous replonge dans des BD qui nous ont marqués, elle nous rapproche encore des héros avec lesquels nous avons toujours eu un lien fort. À travers les yeux, les rencontres et les récits de Tristan Demers, grand amateur de BD et de voyages, cette série part d’une case de bande dessinée pour atterrir dans la réalité. Derrière le dessin, au-delà de la fiction, il y a un monde dans lequel Tristan nous entraîne. Avec lui et la perspective de la bande dessinée, nous partons en voyage à la découverte du vrai monde et des vraies gens. Avec «Le monde sort de sa bulle», nous regardons le monde d’un autre œil.

Chaque émission de «Le monde sort de sa bulle» est une quête. Tristan Demers veut voir la réalité derrière la BD. Chaque épisode explore l’univers d’un album ou d’un personnage de BD en particulier. À partir de rencontres, d’images et de reportages réalisés sur place, un volet documentaire mené tambour battant par Tristan Demers donne de la profondeur et du contenu au sujet. La BD est le prétexte à illustrer des thèmes comme l’histoire, la société, les rapports entre les gens, la culture, le patrimoine. Elle ajoute une dimension ludique et un regard différent à l’émission.

Par exemple, dans «Astérix le Gaulois», nous partons avec sur les traces des Gaulois à travers la France contemporaine. Nous allons à la découverte d’élevages de sangliers, nous visitons les vestiges romains encore visibles, nous retrouvons des coutumes oubliées. Bref, nous parcourons avec le héros l’univers social, historique, patrimonial et touristique de ses aventures. Nous validons à l’aide de la réalité des pans d’histoire que la bande dessinée décrit, nous démystifions des idées et nous nous amusons avec des scènes minutieusement choisies où la réalité déboulonne la fiction.

Par exemple, dans « Tintin au Tibet», nous partons de la Suisse au Népal à l’ascension des plus hauts sommets du monde. Nous tentons de trouver des traces du légendaire yéti. Nous faisons la part du vrai et celle de l’imaginaire. Nous visitons des temples et des monastères. Nous essayons de comprendre l’univers mystique des moines bouddhistes. Nous remettons les images de Tintin dans leur contexte historique et nous superposons les images de la réalité aux cases de la fiction.

———






Loading